Home CULTURE «Je la surnomme le Pitbull car elle ne lâche jamais»: Reem Kherici, madame 100.000 volts

«Je la surnomme le Pitbull car elle ne lâche jamais»: Reem Kherici, madame 100.000 volts

0
«Je la surnomme le Pitbull car elle ne lâche jamais»: Reem Kherici, madame 100.000 volts
Reem Kherici.
Breitling

PORTRAIT – Cette réalisatrice, scénariste et actrice qui déborde d’énergie vient de signer la réalisation de Chien et chat, au cinéma. Et se lance ainsi dans le genre, inédit en France, de films mêlant prises de vues réelles et images de synthèse en 3D.

Elle arrive toute pimpante. «Vous êtes si élégante», glisse une passante. Derrière ses lunettes noires, elle en rougit de plaisir. Les honneurs, elle n’a pas l’habitude. Reem Kherici n’a jamais été invitée aux César. Jamais eu droit à la une des magazines féminins. «Cela me fait de la peine», avoue celle qui prépare une série sur la création de Elle, par Hélène Lazareff, en 1945. Reem Kherici réalisatrice, scénariste et actrice déborde d’énergie et d’optimisme. Refusant un destin de bimbo, cette fille intelligente a pris, à 30 ans, le virage de la réalisation et de l’écriture. Elle s’écrit des comédies contemporaines taillées sur mesure dont elle s’offre le premier rôle. Paris à tout prix et Jour J, ses deux premiers films, ont cumulé 580.000 et 450.000 entrées, de fortes ventes à l’international, puis d’excellentes audiences à la télévision, sur Netflix et Amazon.

Pour Chien et chat, qui sort ce 14 février au cinéma, Reem Kherici a su tenir le plus gros budget jamais confié à une réalisatrice…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Vente Flash

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source du contenu: www.lefigaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here