Home ÉCONOMIE Chronique des matières premières – La Chine, premier soutien de l’industrie lourde russe

Chronique des matières premières – La Chine, premier soutien de l’industrie lourde russe

0
Chronique des matières premières – La Chine, premier soutien de l’industrie lourde russe

On savait les échanges commerciaux entre Pékin et Moscou en plein boom depuis le début de la guerre et les sanctions imposées par les Occidentaux. Cela concerne tout particulièrement l’industrie lourde russe maintenue grâce à la demande chinoise.

On peut prendre l’exemple de la ville de Magnitogorsk dans les montagnes de l’Oural, un symbole parmi les symboles qui se voulait le fleuron de la puissance industrielle soviétique. Dans cette ville sidérurgique affluent aujourd’hui des ingénieurs et des ouvriers chinois par centaines.

Certes, ils sont là pour exécuter un contrat signé avant la guerre : la construction d’une nouvelle usine de cokéfaction pour un montant de 750 milliards de roubles (environ 840 millions de dollars). Mais ces centaines de travailleurs ont désormais pour mission de l’accélérer. À Pékin comme à Moscou, on souligne en effet ce projet comme étant emblématique de liens plus étroits.

Demande chinoise croissante

Ce projet n’est pourtant qu’un exemple parmi des dizaines d’autres à travers la Russie. L’agence Bloomberg va jusqu’à écrire que « les ingénieurs et les ouvriers chinois maintiennent en vie l’industrie lourde russe » et que « c’est le fruit du mariage entre le savoir-faire technologique de la Chine et la surcapacité intérieure et le besoin urgent de Moscou de continuer à produire le fer et l’acier nécessaires à son économie de guerre ».

Le ministre russe du Développement économique affirmait il y a quelques mois : « la demande de participation de partenaires chinois dans les projets russes est croissante ». En novembre dernier, lors de la conférence annuelle dans la capitale russe sur les métaux et l’exploitation minière, les entreprises chinoises représentaient 364 des 815 participants. En 2019, avant la pandémie et la fermeture des frontières, la Chine en comptait alors 83.

À lire aussiLe commerce florissant entre Moscou et Pékin irrite Washington

Source du contenu: www.rfi.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here