L’équipe d’Alexeï Navalny affirme qu’un accord pour le libérer à l’occasion d’un échange de prisonniers était « dans sa phase finale » avant sa mort

Share

L’équipe d’Alexeï Navalny a affirmé lundi 26 février qu’un accord pour échanger l’opposant était « en cours et dans sa phase finale » avec les autorités russes avant sa mort en prison, il y a un peu plus d’une semaine.

« J’ai reçu la confirmation que les négociations étaient en cours et dans leur phase finale », a-t-elle ajouté en assurant que l’opposant « aurait dû être libéré dans les jours à venir ». Selon Maria Pevchikh, son équipe « travaillait » depuis deux ans à « sortir » Alexeï Navalny de prison « à tout prix », sur la base d’un échange d’« espions russes contre des prisonniers politiques » détenus en Russie.

Lire aussi la nécrologie | Article réservé à nos abonnés Alexeï Navalny, de l’engagement au sacrifice

Washington et Berlin étaient au courant, a-t-elle assuré, sans préciser exactement le rôle des deux chancelleries dans les discussions. Ni les Etats-Unis ni l’Allemagne n’ont pour l’heure confirmé la tenue de ces négociations. Interrogée par des journalistes, la porte-parole du gouvernement allemand a par ailleurs refusé de commenter les déclarations de l’équipe d’Alexeï Navalny.

Après plusieurs mois sans avancées, l’accord « avait été remis sur la table en décembre » 2023, a affirmé Maria Pevchikh dans une vidéo.

La Russie détient plusieurs Américains

Selon elle, Vadim Krasikov, condamné à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat en 2019 dans un parc de Berlin d’un ancien séparatiste tchétchène, devait être inclus dans cet échange de prisonniers. Selon la justice allemande, ce meurtre avait été commandité directement par les autorités russes, qui ont toujours nié toute implication.

La Russie détient entre autres plusieurs Américains, dont le journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich, emprisonné depuis mars 2023 pour espionnage – une accusation que l’intéressé, son employeur et sa famille rejettent –, ainsi qu’un ancien marine, Paul Whelan.

Les circonstances de la mort d’Alexeï Navalny, qui a ému à travers le monde, restent floues. Selon les services pénitentiaires russes, il est mort à la suite d’un malaise soudain, « après une promenade ». Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, ont accusé le président russe, Vladimir Poutine, d’en être responsable.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

Dernières nouvelles

Dernières nouvelles