Home INTERNATIONAL Vaccins ARNm : Les effets secondaires camouflés ?

Vaccins ARNm : Les effets secondaires camouflés ?

0
Vaccins ARNm : Les effets secondaires camouflés ?

En épluchant les publications statistiques des autorités sanitaires des États-Unis (VAERS), de l’Europe (EMA), et de la France (ANSM), Catherine Teilhet, retraitée de la Mairie de Paris, a fait de surprenantes découvertes. Selon un examen rigoureux des chiffres officiels, auraient disparu : 2 827 cas de surdité, 2 282 cas de cécité, 14 969 myocardites, 11 424 péricardites, 7 079 thromboses, 7 295 embolies, 10 566 aménorrhées, 11 541 dysménorrhées, 4 241 morts, etc.  Elle raconte, preuves à l’appui.

nouveaux-vaccins (UnlimPhotos)
nouveaux-vaccins (UnlimPhotos)

Pérégrinations au pays des données de pharmacovigilance…

Par Catherine Teilhet

Dans une autre vie, je fus programmeur dans les services informatiques de la Mairie de Paris durant près de 35 ans … Formation « sur le tas », validée par un examen interne, retraitée depuis mai 2022. Curiosité doublée de déformation professionnelle, la crise Covid me titilla le neurone :

  • Tiens, pas de quarantaine, un confinement, histoire de contaminer toute la famille peut-être ?
  • Et puis, les masques, trop fort, ce fut une mascarade, et vive l’étymologie !
  • Peut-être les autorités ont-elles lancé un test à l’échelle nationale, pour vérifier la qualité de notre sens de l’humour ? Nous devons nous auto-autoriser à sortir pour acheter une baguette ou promener nos amis les boules de poils à 4 pattes.
  • Les virus sont-ils dotés d’une intelligence supérieure ? Ils seraient même capables d’adapter leurs attaques à nos positions au café : debout ou assis, je suis bluffée !
  • Enfin, nous devons croire et obéir aux directives qui nous imposent, en cas de symptômes Covid, l’enfermement sans accompagnement médical, juste avec une petite boite de Doliprane, étrange, je n’ai trouvé aucune étude qui atteste que le Doliprane + l’absence de soins guérissait mieux du Covid que les antibiotiques donnés habituellement pour éviter les surinfections bactériennes… Pourtant, des études en double aveugle randomisées sont imposées lorsque des épidémiologistes, scientifiques de renom proposent une thérapie anti Covid, alors pourquoi aucune justification n’est requise lorsqu’il s’agit d’affirmer que l’abandon du patient à son triste sort est la meilleure thérapie ? Une vilaine pensée me vient, est-ce en lien avec la tant décriée réforme des retraites, moins de retraités, donc moins à verser ? Catherine, tu deviens cynique !

La chasse aux infos chiffrées

Bref, je suis partie à la chasse aux informations émanant de l’ANSM, la DREES, l’INSEE, l’EMA, le VAERS … Aujourd’hui, je choisis de vous présenter mes recherches effectuées à partir des fichiers de pharmacovigilance produits chaque semaine par l’EMA (Agence Européenne du Médicament) et de mon outil de travail, PostGreSQL, gestionnaire de bases de données relationnelles.

L’EMA nous propose une interface « ORACLE BI interactive dashboards », de l’informatique décisionnelle, Business Intelligence qui fabrique de jolis rapports, tableaux de bord, bref, des informations exploitables pour nos décideurs …. Mais je n’ai commencé mes investigations qu’en été 2021, vraiment, je fus fort niaise de m’y être pris si tardivement.

Les effets indésirables, en aout 2021, affichaient déjà près de 15 000 décès, tout vaccin, âge, sexes confondus. Je me suis concentrée sur ces décès et, au fil du temps, je me suis aperçu que j’en perdais en chemin… De plus, les fichiers générés étaient aléatoirement tronqués, ainsi que le montre la copie d’écran ci-dessous, 249 900 enregistrements maximum, mais aucun message, aucune alerte n’informe l’utilisateur de cette troncature.

Effets indésirables graves (EI) pour le vaccin Pfeizer, selon l'EMA (Tableau Catherine Teilhet)
Effets indésirables graves (EI) pour le vaccin Pfeizer, selon l’EMA (Tableau Catherine Teilhet)

En novembre 2021, je décide de stocker en local les données générées par l’EMA, ainsi, je peux conserver et tracer les informations.

Je préviens l’EMA des disparitions de décès et de l’erreur quant à la volumétrie exportable, leur réponse est que la base de données est vivante, sujette à corrections, que des données sont parfois supprimées et recréées sous un autre identifiant… Les informaticiens apprécieront ce concept particulier d’intégrité des données… Ou pas.

Quant au dépassement de capacité, c’est Excel le fautif. Que nenni, je n’utilise pas Excel mais les fichiers CSV, (les fichiers XML affichent aussi l’erreur), et, franchement, le message est clair, le souci est lié à la génération et non à la récupération des données : « Exceeded configured maximum number of allowed input records. ResultRowLimit(table) OR CubeMaxRecords(Pivot/Chart) needs to be reset in the config file. Please check with your administrator. ».

À ce problème de volumétrie bridée à 249 000 enregistrements, s’ajoute aléatoirement, des critères de sélection non pris en compte… Par exemple, le 18 novembre 2023, pour Pfizer et ses EI (effets indésirables) graves, après deux exports consécutifs au format CSV pour les mêmes critères, j’obtiens deux fichiers de contenus différents, Cf. la copie d’écran ci-dessous effectuée via KDiff3, outil de comparaison de fichiers.

Des critères de sélection non pris en compte (tableau de Catherine Teilhet)
Des critères de sélection non pris en compte (tableau de Catherine Teilhet).

D’humeur taquine, je souhaitais attendre le début 2024 pour établir un bilan comparatif entre les données de l’EMA générées début janvier 2024 et la concaténation de celles que j’ai conservées depuis novembre 2021… Ceci sans oublier que je n’ai probablement stocké que la moitié des données mises à disposition en commençant trop tard et en n’important pas les fichiers produits par l’EMA chaque semaine, loin s’en faut !
Zoom sur un extrait présentant ce bilan comparatif par pathologies consécutives aux injections Covid détaillées par type de déclarant, professionnel de santé ou non :

comparatif (tableau Ctherine Teilhet)
comparatif (tableau Catherine Teilhet)

Le résultat est confondant, comment imaginer autant de corrections, effectuées par qui, quand, pourquoi, sur quels fondements ?
Ont disparu : 2 827 cas de surdité, 2 282 cas de cécité, 14 969 myocardites, 11 424 péricardites, 7 079 thromboses, 7 295 embolies, 10 566 aménorrhées, 11 541 dysménorrhées, 4 241 morts, etc.

Peut-on imaginer les malades, leurs proches, les professionnels de santé perdre leur temps à saisir massivement des fadaises sur les formulaires de déclaration d’EI à la pharmacovigilance, comme cela, pour tromper l’ennui ?

tableau -1
tableau -2

 

Source du contenu: infodujour.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here