Home SCIENCE & TECHNOLOGIE Jean-Michel Courty, magicien de la vulgarisation en physique

Jean-Michel Courty, magicien de la vulgarisation en physique

0
Jean-Michel Courty, magicien de la vulgarisation en physique

En rejoignant le bureau du physicien Jean-Michel Courty à Sorbonne Université, au laboratoire Kastler-Brossel, on se demande comment il va nous accueillir. Avec un spectaculaire tourbillon de feu, comme il l’a fait pour une finale de « Ma thèse en 180 secondes », la compétition pour jeunes docteurs ? Avec de simples casse-tête, comme avec la célèbre vulgarisatrice vidéaste, Viviane Lalande et sa chaîne « Scilabus » ? En maillot de bain, comme au Havre, lors d’un show pédagogique dans une piscine avec son inséparable collègue Edouard Kierlik ? Avec des œufs, comme chez lui, devenu, depuis le Covid-19, son studio d’enregistrement de vidéos riches d’expériences originales, pour sa chaîne YouTube « Merci la physique », avec verres, ballons, miroirs, élastiques, ficelles ?…  Ou, tout simplement, en enseignant de physique d’université, collier de barbe et cheveux longs, parfois rassemblés en catogan, lui donnant un petit air de druide ou de professeur Nimbus ?

Jean-Michel Courty, professeur de physique, dans un amphithéâtre du campus Pierre-et-Marie-Curie, Sorbonne Université, à Paris, le 22 février 2024. Jean-Michel Courty, professeur de physique, dans un amphithéâtre du campus Pierre-et-Marie-Curie, Sorbonne Université, à Paris, le 22 février 2024.

Au milieu de cartons, à cause d’un déménagement récent d’un bureau à un autre, il révise des pas pour un spectacle de danse de salon avec sa compagne, qui lui sert aussi de personnage candide dans ses vidéos. Devant notre regard interrogateur, remballant ses notes, il se lance dans un mini-exposé physico-chimique sur la poterie, qu’il a pratiquée pendant plusieurs années, pour révéler les secrets d’un de ses chefs-d’œuvre : le buste de Jean Perrin, Prix Nobel de physique en 1926 et promoteur du Palais de la découverte.

Lire l’archive (1945) | Article réservé à nos abonnés Jean Perrin et les atomes

Il l’a réalisé en 2008 pour célébrer son prix homonyme, récompensant « un effort particulièrement réussi de popularisation de la science », qu’il a partagé avec Edouard Kierlik, professeur de physique également à Sorbonne Université et son coauteur depuis plus de vingt ans de chroniques mensuelles dans la revue Pour la science.

« Faire simple, sans être simpliste »

« Au début des années 2000, la vulgarisation, c’était la cerise sur le gâteau. Maintenant, la cerise est devenue le gâteau », résume Jean-Michel Courty, 57 ans, qui est donc moins reconnu pour ses premiers amours de chercheurs, la réduction du bruit quantique, que pour sa suractivité sur le terrain du partage du savoir vers le grand public (chroniques, vidéos, spectacles, interventions télé, service de communication de l’Institut de physique du CNRS entre 2007 et 2020…).

Jean-Michel Courty illustre la lévitation grâce à l’effet Coandă, le 22 février 2024. Jean-Michel Courty illustre la lévitation grâce à l’effet Coandă, le 22 février 2024.

« Jean-Michel est un pédagogue hors pair, qui a toujours plaisir à donner des explications », dit Fabrice Chemla, professeur de chimie à Sorbonne Université, avec qui il a écrit leur prochain spectacle, Des bruits et des sons. « C’est un puits de science dont la culture ne fait qu’augmenter. Un cerveau brillant, large d’esprit et très curieux », estime Roland Lehoucq, chercheur au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, qui lui a mis le pied à l’étrier au mensuel Pour la science avant de le laisser avec Edouard Kierlik.

Il vous reste 67.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source du contenu: www.lemonde.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here