Home SPORTS Antoine Dupont propulse la France en demi-finales pour ses débuts en rugby à VII

Antoine Dupont propulse la France en demi-finales pour ses débuts en rugby à VII

0
Antoine Dupont propulse la France en demi-finales pour ses débuts en rugby à VII
Antoine Dupont face à l’Irlande, en quarts de finale de l’étape de Vancouver du circuit mondial, le 24 février 2024.

Il était arrivé à Vancouver sur la pointe des pieds. « Je ne me sens pas trop légitime d’avoir une ovation », a insisté Antoine Dupont, samedi 24 février, après ses premiers pas officiels en équipe de France de rugby à VII. La raison ? « Il y a des mecs [dans le tournoi] qui ont mis des dizaines d’essais et disputé des dizaines de tournois. C’est mon premier. Je vais rester humble et apprendre afin d’être le plus à l’aise », a insisté le capitaine exilé – volontaire – du XV de France, lancé dans l’aventure « septiste » en vue d’une participation aux Jeux olympiques de Paris. Attraction du week-end en Colombie-Britannique, où se déroule l’étape canadienne du circuit mondial, le meilleur joueur du monde 2021 (à XV) a trouvé la meilleure manière de se faire adopter : samedi, d’un essai en toute fin de rencontre, Antoine Dupont a propulsé les Bleus en demi-finales, et permis à la France de se sortir de l’impasse dans laquelle l’avait acculée l’Irlande en quarts (12-5).

Le deuxième essai – en quatre rencontres, au « sept », les matchs s’enchaînent – de « Toto », qui imprime doucement sa marque sur sa nouvelle équipe. Après s’être contenté de bouts de matchs, vendredi, pour son entrée en lice – histoire de s’initier à sa nouvelle discipline en douceur –, le demi de mêlée toulousain a été titularisé face à l’Australie, samedi dans le dernier match de la phase de groupes, avant d’entrer en jeu à cinq minutes du terme face à l’Irlande.

Avant de délivrer les Bleus en exploitant un espace de la défense verte au sortir d’une mêlée, Antoine Dupont s’est illustré en défense aux côtés de ses coéquipiers, réduits à cinq à la suite de deux cartons jaunes. Particulièrement agressifs, les Français ont repoussé les assauts irlandais, avant de s’imposer au finish – éliminant l’équipe qui les avait privés de dernier carré lors du premier tournoi de la saison, à Perth (Australie). « On attend la demie depuis début de saison, en plus Antoine met l’essai gagnant. On a travaillé dur, on mérite de pouvoir gagner ce match », a savouré le Français Aaron Grandidier, après la rencontre. « C’est un joueur d’exception. Il analyse les choses, il prend vite des décisions, a renchéri le sélectionneur tricolore, Jérôme Daret, cité par RMC Sport, au sujet de sa dernière recrue. Quand il est entré, il fallait être fort. Les autres joueurs entrants ont été bons. »

Les Bleues au rendez-vous des demi-finales

Prochaine étape, pour la France : la Nouvelle-Zélande, en demi-finales du tournoi, dimanche 25 février (13 h 07, heure locale ; 22 h 07, heure de Paris), avant de disputer, quoi qu’il arrive, un match pour une médaille, eux qui ont manqué le dernier carré lors des trois premiers tournois du circuit mondial – terminés aux 8e, 7e et 5e places.

La journée de samedi a été parfaite pour la France, qui a vu le VII féminin, lui aussi toujours invaincu au Canada, s’extirper facilement son quart de finale face au Brésil (24-5). Elles aussi invaincues dans le tournoi, les Françaises, vice-championnes olympiques à Tokyo, étaient plus attendues que les Bleus. Elles affronteront en demi-finales les premières mondiales australiennes (12 h 23, heure locale ; 21 h 23, heure de Paris), contre qui elles s’étaient inclinées en finale du tournoi du Cap (Afrique du Sud) plus tôt cette année.

S’il est trop tôt pour garantir qu’Antoine Dupont va réussir son pari « Jeux olympiques », le Pyrénéen a réussi ses premiers pas au rugby à VII. Et constaté la différence avec le jeu qu’il pratique depuis des années en club ou avec le XV de France. Ce qui change ? « Tout. A sept sur le terrain pendant sept minutes, on comprend vite que ça va être dur et on se rend bien compte des efforts qu’il faut fournir. Personne ne s’arrête de jouer, il faut se battre jusqu’à la dernière action, ne rien lâcher », a soufflé le joueur, cité par Rugbyrama, après son troisième match en deux jours. Encore en apprentissage, le joueur – et ses partenaires – se verrait bien valider sa période d’essai à VII par une fin de tournoi aboutie.

Réutiliser ce contenu

Source du contenu: www.lemonde.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here